Constater que le climat se réchauffe de plus en plus est une évidence. Nous voulons aller plus loin et demander des mesures concrètes pour limiter l'une des sources importantes d'émissions de gaz à effet de serre : l'aviation.

Nous avons donc lancé une pétition pour demander au gouvernement genevois d'engager une réflexion sérieuse sur la manière de diminuer les émissions de CO2 de l'aéroport de Cointrin, notamment en favorisant les transports ferroviaires vers les destinations européennes proches.


567 personnes ont signé la pétition

la pétition a été déposée en novembre 2016,

Rapport de la Commission des pétitions

Quelques propositions concrètes...

Mais le Grand Conseil a refusé de transmettre la pétition au Conseil d'état, estimant que la pétition mettait en péril la croissance économique...



En 2013, l'aviation a émis 4'760'000 tonnes de CO2 en Suisse; le total des autres émissions de gaz à effet de serre Suisses est de 52'590'000 tonnes, selon les statistiques de Kyoto. L'aviation représente donc 8% du total des émissions.

Un simple trajet Genève - Paris dégage déjà 135 kilos de CO2. Pour le trajet Genève - Paris, nous avons grâce au TGV une alternative viable, avec un trajet de moins de trois heures à un prix compétitif avec l'avion.

Ce n'est pas le cas pour toutes les destinations. Les trains de nuits pour l'Italie et l'Espagne ont été supprimés, les liaisons directes vers les autres capitales européennes se font rares, et les voyages en train sont souvent plus chers que l'avion (le kérosène n'est pas taxé). De guerre lasse, beaucoup d'entre nous prennent l'avion.

L'Office fédéral de l'aviation civile se base sur une étude contestée pour estimer à 25 millions de passagers la demande à l'horizon 2030, contre 15 millions en 2015, soit une augmentation de plus de 60% des passagers, et donc des émissions de CO2 - ceci alors que nous devons diminuer ces mêmes émissions de 40% à 50% sur cette période. Ces perspectives de trafic ne feront que saturer davantage Cointrin et nécessiter des investissements colossaux. De plus, l’aéroport est Cointrin est situé en pleine zone urbaine et ses nuisances sonores affectent la santé des riverains.

Soyons cohérents ! Plutôt que de densifier encore le trafic aérien, en augmentant encore les émissions de gaz à effet de serre et les autres nuisances, nous demandons au Conseil d'Etat Genevois de prendre des mesures pour favoriser les transports internationaux en train pour les destinations européennes proches : interventions auprès des autorités fédérales et des compagnies ferroviaires pour améliorer la qualité des liaisons au départ de Genève, réintroduction des trains de nuit, participation au développement de lignes à grande vitesse…

Les moyens financiers sont là : il est prévu d’investir près de 2 milliards dans le développement de Cointrin et le trafic aérien devrait payer les taxes. L’Etat, actionnaire de l’Aéroport et qui se veut à la pointe dans la lutte contre le changement climatique, peut et doit agir pour éviter cette absurdité que représente le développement effréné de Cointrin !



Compléments d'information :
  • La croissance de l'aéroport pourrait amener des nuisances supplémentaires dans la campagne genevoise.
  • La taxe d'aéroport par départ est actuellement de 21.35 francs à Cointrin, et de 37.5 francs à Zürich.
  • La Suisse est le pays qui comptabilise le plus de transports aérien par personne au monde.
  • L'union européenne essaie d'introduire une taxe carbone sur l'aviation.

L'aviation

Association Climat Genève