Quelles conséquences en Suisse ?

N’étant pas au bord de la mer, la Suisse n’est pas directement concernée par le problème de l’élévation du niveau de la mer, même si on peut imaginer devoir accueillir un grand nombre de réfugiés climatiques en provenance d’autres pays européens.

Un rapport de la Confédération détaille quelques-unes des conséquences environnementales du réchauffement pour la Suisse :

  • l’accentuation des fortes chaleurs dans les agglomérations et les villes,
  • l’accroissement de la sécheresse estivale, et donc des pénuries d'eau,
  • l’aggravation du risque de crues,
  • la fragilisation des pentes et l’augmentation des mouvements de terrain,
  • l’élévation de la limite des chutes de neige,
  • la dégradation de la qualité de l’eau, des sols et de l’air,
  • la modification des milieux naturels, de la composition des espèces et des paysages,
  • la propagation d’organismes nuisibles, de maladies et d’espèces exotiques.

A long terme, le climat de la Suisse pourrait évoluer vers un climat de type méditerranéen.

Comme le souligne le rapport Coup de projecteur sur le climat suisse, ces changements "auront des impacts directs sur la société (par exemple la santé) et sur l'éconmie (par exemple le tourisme)" et des effets indirects "par exemple en matère de commerce extérieur ou par des conséquences de la migration".

Le rapport II du GIEC analyse également les conséquences possibles pour différentes régions du monde : pénurie d'eau douce, diminution des récoltes, propagation de maladies, événenements climatiques extrêmes...

Le rapport Stern publié en 2006 estime que l'impact économique du changement climatique pourrait être une diminution d'au moins 5 à 20% du PIB mondial par année, alors que le coût des mesures préventives serait de 1% du PIB par année.

Association Climat Genève