Nos sols sont menacés...

Le GIEC tire la sonnette d'alarme 


Le 8 août 2019, le GIEC a publié un rapport sur le lien entre changement climatique et l'exploitation des terres. Il confirme que pour limiter le réchauffement climatique, nous devons changer notre mode d'alimentation.

En bref :
  • L'exploitation des sols agricoles est responsable d'un quart des émissions de gaz à effet de serre mondiales.
  • La moitié de ces émissions viennent de  la destruction des forêts et des sols - 10 milliards d'arbres sont abattus chaque année.
  • L'autre moitié de ces émissions vient de l'agriculture : méthane des vaches / agneaux et des rizières, engrais chimiques et fumier... La consommation de viande mondiale a doublé depuis 1961, et les émissions des engrais chimiques ont été multipliées par neuf depuis 1960.
  • L'agriculture intensive provoque l'érosion des sols. La couche fertile du sol qui permet aux plantes de pousser se réduit, et le carbone du sol ainsi libéré contribue dangereusement à l'effet de serre.
  • Les sols souffrent déjà des conséquences du réchauffement climatique (sécheresse, érosion, incendies...), et la destruction des sols contribue lui-même au réchauffement climatique
  • Si nous dépassons les 2°C, nous ne pourrons plus nourrir la population actuelle de presque 8 milliards de personnes. En clair, il y aura des famines.



  Que faire ?


  • Arrêter la destruction des forêts et des zones humides.
  • Modifier nos méthodes d'agriculture pour mieux préserver les sols - passer de l'agriculture intensive à l'agriculture biologique et à la permaculture.
  • Diminuer fortement notre consommation de viande, et éviter particulièrement la viande rouge issue d'élevage intensif. Le steak ou la côtelette d'agneau doit devenir un luxe plutôt que la norme !
  • Eviter une consommation excessive de produits laitiers.
  • Consommer des suppléments de B12 pour éviter des carences alimentaires. Le B12 est le seul élément vital qu'on ne trouve pas dans les aliments végétaux. (Une carence de B12 provoque de l'anémie, voire des troubles neurologiques.)
  • Replanter des arbres - en utilisant les surfaces de pâturage ou de culture du soja dont nous aurons moins besoin si nous diminuons notre consommation de viande
  • Arrêter le gaspillage alimentaire

Et en Suisse, nous devons revoir notre politique agricole pour pouvoir répondre à ces impératifs !
Association Climat Genève